Les routes de la guerre

Le Memorial Democràtic, en collaboration avec le Conseil Départemental de l'Alt Empordà, a signalé les villes et les localités de la région qui ont été le théâtre du grand exode républicain.

Outre la Jonquera et Portbou, les points de passage frontaliers les plus importants, les routes secondaires de certains villages d'Albera et des Salines ont été prises en compte, ainsi que les municipalités et les lieux qui ont joué un rôle important dans la résistance et l'évacuation des les dernières unités militaires républicaines, comme c'est le cas de Peralada et, plus précisément, de son château.

Retraite et chemins de l'exil à Peralada

Le château a été confisqué en 1938 et abritait l'état-major de l'armée républicaine, une flotte de véhicules militaires et un atelier de montage d'avions.

Plusieurs envois d'œuvres d'art évacuées du musée du Prado ont également été déposés, qui ont été répartis entre le rez-de-chaussée du château, le couvent, l'église et la crypte du Carme. Ces fonds patrimoniaux et artistiques sont restés dans les dépendances du château jusqu'à leur évacuation vers Céret et Genève les 3 et 4 février 1939.

Le château a également accueilli pendant quelques jours l'entourage de la présidence de la République, dirigé par Manuel Azaña (1880-1940). Azaña est arrivée le 25 janvier de Llavaneres (Barcelone) et a quitté le château le 31 janvier pour se diriger vers la ferme de Can Barris de la Vajol, à quelques kilomètres de la frontière.

Pour élargir l'information et la connaissance de ces événements et espaces de mémoire démocratique, vous pouvez visiter le siège du Musée Mémorial de l'Exil à la Jonquera et Agullana.

×